Microsoft abandonnera Windows 10 en 2025, Windows 11 se confirme !

Windows 10 tirera sa révérence en 2025. Microsoft s’est engagé à assurer le support logiciel du système d’exploitation jusqu’au 14 octobre 2025. Après cette date butoir, les utilisateurs seront invités à migrer vers la prochaine version de l’OS. Dans ce contexte, l’arrivée imminente de Windows 11 se confirme. Il se murmure d’ailleurs que Microsoft annoncerait l’interface dès le 24 juin prochain. 

Microsoft vient de mettre à jour la page dédiée à la politique de support logiciel de Windows 10. Désormais, le géant de Richmond évoque une “date de retraite” pour Windows 10 Home, Pro, Pro Education et Pro for Workstations. Il s’agit du “14/10/2025”.

“Microsoft continuera à prendre en charge au moins un canal semi-annuel Windows 10 jusqu’au 14 octobre 2025” explique la page wen. Tout porte donc à croire que Microsoft cessera le support logiciel de Windows 10 à cette date, comme c’était le cas pour Windows 7 en janvier 2020. L’OS sera considéré comme obsolète et les mises à jour ne seront plus déployées, sauf en cas de faille de sécurité.

MICROSOFT S’APPRÊTE BIEN À ANNONCER WINDOWS 11, ÇA SE CONFIRME !

Selon toute vraisemblance, Microsoft encouragera les utilisateurs d’un PC sous Windows 10 à installer une nouvelle version de son système d’exploitation. Le géant de l’informatique avait déjà procédé de la sorte lors de la mort de Windows 7 l’an dernier dernier.

Dans ces conditions, l’annonce imminente de Windows 11 ne fait plus le moindre doute. Au cours des dernières semaines, plusieurs indices sont d’ailleurs venus prophétiser la présentation prochaine de Windows 11. Un nouveau logo est apparu dans une vidéo officielle publiée par Microsoft. Il est composé de deux traits qui forment le chiffre 11.

Satya Nadella, actuel PDG de Microsoft, a d’ailleurs teasé l’arrivée d’une importante nouveauté en ces termes : “bientôt, nous partagerons l’une des mises à jour les plus importantes de Windows de la dernière décennie”. Peu après, Microsoft a publié une étrange vidéo sur YouTube, laissant supposer que le lancement de Windows 11 est imminent. La séquence dure précisément 11 minutes. Un hasard ?

Enfin, Microsoft a annoncé l’organisation d’une conférence le 24 juin prochain autour de Windows. Contrairement à ses habitudes, le géant de Richmond organisera cette présentation à 11h du matin, heure locale. En France, la conférence débutera à 17h. On se donne donc rendez-vous ce jour là pour découvrir l’avenir de Windows.

Source : phoneandroid

Microsoft Defender, le logiciel antivirus de Windows 10, bénéficie d’une grosse mise à jour. L’entreprise américaine veut simplifier son utilisation et améliorer son efficacité. Pour se faire, elle a décidé de réunir Microsoft 365 Defender et Azure Defender sous la même bannière.

Microsoft a profité de la conférence Ignite 2020, qui se tient du 22 au 24 septembre 2020, pour annoncer du nouveau du côté de Windows Defender. En effet, le logiciel antivirus gratuit va prochainement regrouper les services de détection et de remédiation de Microsoft 365 Defender et d’Azure Defender.

Les deux entités vont désormais former Microsoft Defender. D’après les dires de l’entreprise américaine, cette fusion permettra d’offrir “la plus grande couverture en ressources de toutes les solutions XDR du secteur”. Pour rappel, les solutions XDR permettent de répondre rapidement aux cybermenaces furtives grâce à des algorithmes d’apprentissage automatique et des analyses constantes de vos données sur le cloud, vos réseaux et les endpoints.

En d’autres termes, l’XDR permet aux entreprises d’avoir une vue d’ensemble de leur réseau, tout en offrant des résolutions automatiques lorsque cela est possible. Pour la firme de Redmond, cette réorganisation de Defender a été pensée pour booster l’efficacité de son logiciel antivirus, tout en le rendant plus simple à utiliser.

Microsoft veut offrir une solution complète

Réunir tous les œufs dans le même panier et offrir une solution complète, voilà la visée de Microsoft : “Les équipes de sécurité ont toujours du mal à faire face aux menaces à travers un patchwork de solutions mal intégrées qui ne couvrent pas l’ensemble des charges de travail, du Cloud et des appareils sur lesquels les entreprises reposent”, explique Vasu Jakkal, vice-président de Microsoft Security.

Dans cette même optique, Microsoft Defender a été greffé à son tour à Azure Sentinel, l’outil de gestion SIEM du géant américain. Pour rappel, les SIEM sont des solutions de cybersécurité qui regroupent la gestion d’informations de sécurité (SIM) et la gestion des événements de sécurité (SEM). Elles puisent dans différentes ressources (système, applications, dispositifs de réseaux) pour détecter et classer les menaces par priorité.

Une MAJ nécessaire à l’heure du télétravail

Pour Vasu Jakkal, cette mise à jour était impérativement nécessaire, à l’heure où le télétravail explose et où les cybermenaces se multiplient : “Il s’agit de donner les moyens de défendre et de protéger les employés, les données, le travail et la sécurité personnelle. Il s’agit de rendre les personnes et les organisations résistantes dans un environnement de changements inattendus, comme le travail à distance généralisé”, conclut le responsable.

Dernier point, Microsoft a confirmé la disponibilité de Microsoft Defender ATP (Advanced Threat Protection) sur Android, et en avant-première sur iOS. Dans le cas de l’OS d’Apple, le logiciel antivirus se chargera seulement d’offrir une protection contre les tentatives de phishing seulement.

Source : TechRadar

Un virus très vicieux pourrait bien vous gâcher les fêtes

VIRUS INFORMATIQUE – Il se cache dans des mails ayant pour objet une invitation pour une fête de Noël

Les fêtes de fin d’année sont une période propice pour les attaques informatiques. Entre la recherche de cadeaux, les courses pour le réveillon et les vacances, les internautes sont parfois moins prudents lorsqu’ils surfent sur la toile et se laissent attendrir par les petites attentions de Noël. Une joyeuseté ambiante sur laquelle les hackers n’hésitent pas à surfer, comme le prouve le logiciel malveillant Emotet.

Celui-ci se cache dans des mails invitant ses victimes à une fête de Noël. Une invitation qui se révèle particulièrement vicieuse lorsqu’on ouvre le document Word en pièce jointe. Celui-ci demande à sa victime d’autoriser l’affichage des contenus actifs pour pouvoir accéder au menu ou au programme de la fête en question. Une demande qui aura pour résultat de permettre au cheval de Troie caché dans le document de se déployer sur votre ordinateur.

Les données bancaires menacées

Selon les chercheurs de chez Cofense Labs et de Microsoft qui ont découvert le traquenard, le virus est particulièrement dangereux puisqu’il est multi-usage et polymorphe. La machine sur laquelle le logiciel malveillant se déploie est alors à sa merci. Il peut renfermer divers virus plus dangereux les uns que les autres(…) Lire la suite sur 20minutes

Free pourrait lancer sa nouvelle Freebox pas chère en novembre 2019

Free pourrait lever le voile sur une nouvelle Freebox moins chère que la Freebox Delta dans le courant du mois de novembre 2019. L’opérateur de Xavier Niel serait rapidement imité par Bouygues Télécom. Le FAI envisage en effet de sortir une nouvelle Bbox dès l’année prochaine. On fait le point sur les dernières informations disponibles.

Cette année, les opérateurs français mettent le paquet sur le terrain des box. Au cours de l’été, SFR a présenté la Box 8, une box équipée d’Amazon Alexa et compatible avec WiFi 6, Dolby Vision et Dolby Atmos, et destinée à rivaliser avec la Freebox Delta lancée fin 2018. Quelques mois plus tard, Orange a dévoilé la Livebox 5, une box décevante et incapable de faire le poids face à la concurrence. Mais ce n’est pas tout pour cette année.

Free devrait lancer une nouvelle Freebox le mois prochain

« Free pourrait de son côté dévoiler la septième version de sa Freebox en novembre » rapportent nos confrères du Monde dans un article paru le dimanche 13 octobre 2019. Aux dernières nouvelles, cette nouvelle Freebox, dont les premières rumeurs dédiées remontent à juillet dernier, serait moins chère que la Freebox Delta et Freebox One et devrait permettre à Free de récupérer des parts de marché sur l’entrée de gamme.

D’après les informations dévoilées par Android TV Rumours, cette nouvelle Freebox serait d’ailleurs alimentée par un processeur Amlogic S905X2, une puce milieu de gamme, à la place d’un composant Broadcom, afin de réduire les coûts de conception. Destinée à remplacer la Freebox Mini 4K lancée en 2015, elle serait équipée d’Android TV et fabriquée par le constructeur chinois Huawei. C’est tout ce que l’on sait pour le moment.

Toujours selon les informations du Monde, Bouygues Télécom pourrait emboîter le pas à ses concurrents dès 2020. « Quant à Bouygues Telecom, il prépare une nouvelle Bbox pour 2020 » souligne le média. D’après une fuite apparue sur la toile en janvier dernier, la nouvelle box de Bouygues tourne sous Android 9.0 Pie, la dernière version d’Android, est équipée de 2Go de RAM, de 16 Go de stockage et d’un SoC Broadcom BCM7271 et serait compatible avec la 4K HDR. On vous en dit plus sur les box de Free et Bouygues dès que possible.

Source : Le Monde

Orange : Clap de fin pour l’option de stockage sur la Livebox

Les abonnés Livebox ont reçu un mail leur annonçant la fin prochaine d’une des fonctionnalité de leur box : le stockage sur disque dur.

Les abonnés Livebox avaient la possibilité via l’option Stockage Livebox à travers laquelle Orange fournissait un disque dur d’un TeraOctet dans sa box et permettait d’y accéder à tout moment via Le Cloud Orange.

C’est un abonné Orange qui a publié le mail envoyé par l’opérateur prévenant de la fin prochaine du service. La date avancée est celle du 7 juillet 2019, date d’arrêt définitif du service. L’agrume explique que cette suppression de service se fait “dans le cadre de la modernisation de ses services” et que, si les fichiers seront toujours disponibles jusqu’à la date fatidique, il est conseillé aux abonnés de sauvegarder leur fichier sur un autre appareil.

Les abonnés seront par ailleurs remboursés des frais d’accès au service de 10€ payés lors de leur souscription à l’option.

Source : univers Freebox

16 sites web piratés et 617 M. de données privées vendues sur le dark web

Suite au piratage de 16 sites web dont Dubsmash, Armor Games et 500px, 617 millions de données personnelles se retrouvent en vente sur le dark web. Des bases de plusieurs gigaoctets contenant des noms, adresses e-mail et mots de passe ont été constituées.

C’est un vol de données personnelles de très grande ampleur qui vient d’être révélé par The Register. D’après notre confrère britannique, 617 millions de données personnelles ont été mises en vente sur le dark web suite au piratage de 16 sites web. Les sites concernés sont les suivants : Dubsmash (162 millions de données), MyFitnessPal (151 millions), MyHeritage (92 millions), ShareThis (41 millions), HauteLook (28 millions), Animoto (25 millions), EyeEm (22 millions), 8fit (20 millions), Whitepages (18 millions), Fotolog (16 millions), 500px (15 millions), Armor Games (11 millions), BookMate (8 millions), CoffeeMeetsBagel (6 millions), Artsy (1 million) et DataCamp (700 000). En tout, ce vol représente près de 45 gigaoctets d’informations personnelles.

Les données privées ont été regroupées en datasets de plusieurs gigabits et sont en vente sur la place de marché pirate Dream Market. Le tarif proposé pour l’ensemble de ces données volées s’élève à plus de 20 000 dollars, payables en bitcoins. Parmi les informations privées, on trouve des noms d’utilisateurs, des adresses e-mail ou encore des mots de passe hashés ou chiffrés. Ces données auraient été collectées pour la plupart au cours de l’année 2018 mais leur mise en vente a seulement commencé cette semaine. D’après la source de The Register, la base contenant les informations personnelles d’utilisateurs de Dubsmash, un service d’édition de pistes audio, a été achetée par au moins une personne.
Des mots de passe parfois faiblement chiffrés

Attention car dans certains cas le déchiffrement de mots de passe peut être plus facile qu’il n’y parait. « Une personne achetant la prétendue base de données 500 px pourrait décoder les mots de passe les plus faibles de la liste, car certains ont été hachés à l’aide de l’algorithme obsolète MD5, puis essayer d’utiliser des combinaisons d’adresses e-mail et de mots de passe hashés, par exemple pour accéder à des comptes Gmail ou Facebook, où l’adresse e-mail et les mots de passe ont été réutilisés », précise notre confrère. En revanche, aucune donnée bancaire ne se retrouverait dans les datasets constitués par les pirates et mis en vente sur le dark web.

Satya Nadella lève le voile sur un Microsoft 365 pour le grand public

Une solution complète par abonnement

Plus rentables que la vente définitive et permettant de lisser les coûts, les services par abonnement prennent de l’ampleur dans de nombreuses offres. Déjà adepte du système, Microsoft pourrait aller plus loin d’ici quelques mois.

Microsoft se prépare-t-il à forcer le monde entier à passer aux services par abonnement ? Peut-être pas, ou alors pas tout de suite. Mais si l’on en croit les récents propos tenus par le PDG de l’entreprise, un changement de paradigme pourrait bientôt intervenir avec le lancement d’une offre Microsoft 365 dédiée au grand public. Toute la question est alors de savoir en quoi va consister cette fameuse offre. Rappelons que pour l’instant, Microsoft 365 se réserve aux marchés professionnel et éducatif et propose de nombreux services tels qu’Office, Windows 10 et Enterprise Mobility + Security, basant son modèle économique sur un système d’abonnement.

C’est lors d’une conférence de presse tenue dans les locaux de Redmond (siège du géant) que Satya Nadella aurait dévoilé son intention de proposer une suite complète aux clients mainstream. Le dirigeant a affirmé sa volonté de revenir aux sources et au marché grand public après un gros focus donné aux mondes professionnel, scolaire et universitaire. Toutefois, le PDG n’a pas précisé quels services seraient inclus dans ce Microsoft 365 “pour tout le monde”, ni ce qu’il changera par rapport à l’actuel Office 365. D’après certaines sources, tous les détails de l’offre seront révélés lors de la conférence de Microsoft au Mobile World Congress de Barcelone (25-28 février 2019). Plus que quelques semaines à attendre.

Source : MSPowerUser

Windows 10 bloquera bientôt 7 Go d’espace disque pour les mises à jour

Les fichiers temporaires partageront cet espace

Afin de garantir l’installation des mises à jour, Windows 10 intégrera prochainement une fonction de réservation d’espace disque. Dans un premier temps, ce sont 7 Go qui seront bloqués, mais le volume total pourra évoluer en fonction des besoins de l’OS.

À compter de la version 1903 de Windows 10, qui n’est autre que la prochaine version majeure du système d’exploitation, Microsoft ne laissera plus la possibilité aux utilisateurs de remplir intégralement leur espace disque. En effet, pour éviter que des mises à jour (fonctionnelles ou de sécurité) ne demeurent en échec, l’OS se réservera une chasse gardée dont le volume initial sera d’approximativement 7 Go. Pour l’utilisateur, il sera impossible d’y déposer un document. Cet espace ne sera toutefois pas perdu entre les mises à jour : il accueillera également les fichiers temporaires de tout poil (cache système). Dans la mesure où ces fichiers ont sinon tendance à être étalés sur le disque, Microsoft estime que ce regroupement devrait aboutir à un meilleur fonctionnement global des machines.
En pratique, la masse de données temporaires devrait être limitée du fait des fonctions d’élimination automatique de l’OS, mais il n’est techniquement pas exclu que le volume total puisse excéder 7 Go. Dans ce cas, les fichiers temporaires seront traités comme ils l’étaient jusqu’ici, c’est-à-dire stockés là où il y a de la place. En cas de mise à jour, toutefois, le système d’exploitation effacera autant de données temporaires superflues que nécessaire pour garantir le téléchargement et l’installation des fichiers en provenance de Windows Update. Là encore, le nouvel espace dédié sera utilisé en priorité, mais il n’est pas exclu, au besoin, d’utiliser de l’espace de stockage disponible au-delà de cette zone réservée.

7 Go et plus si affinités sur les nouvelles machines

Microsoft indique que le volume réservé sera d’approximativement de 7 Go de base, mais aussi que ces dimensions pourront s’adapter à certains usages. Concrètement, l’installation de fonctions optionnelles de l’OS ou encore l’usage concomitant de plusieurs langues devraient notamment pousser Windows 10 à se réserver un peu plus d’espace disque. Bien sûr, les utilisateurs pourront plonger à tout moment dans les paramètres de l’OS pour savoir combien de gigaoctets sont bloqués pour les mises à jour. Il n’est toutefois pas question, pour le moment, de désactiver cette fonction de réservation d’espace. Sur certains appareils d’entrée de gamme dotés d’une mémoire limitée (32 ou 64 Go), cela pourrait contribuer à une pénurie rapide de l’espace libre.


Bonne nouvelle, cependant, les appareils de ce type qui sont déjà en circulation seront épargnés. En effet, Microsoft, qui teste actuellement sa nouveauté auprès de ses Windows Insiders, n’a l’intention de déployer la réservation d’espace disque qu’en tant que fonction native de la version 1903 de son système d’exploitation. En d’autres termes, seules les machines livrées avec la prochaine mouture majeure de Windows 10 ou celles sur lesquelles cette version aura été installée (clean install) seront concernées. Tous les engins animés par un Windows 10 à la base plus ancienne continueront à fonctionner comme il le faisaient jusqu’ici, avec le risque que l’utilisateur sature le disque et que les mises à jour soient bloquées.

Source : lesnumeriques.com