Microsoft a encore suspendu l’October Update de Windows 10, un pilote Intel en cause

Les semaines se suivent et se ressemblent pour la marque américaine qui est encore forcée de retirer la mise à jour d’octobre 2018 de Windows 10. Le déploiement de cette dernière venait tout juste d’être relancé, mais un nouveau souci s’est manifesté et le processus a dû être stoppé net. De quoi alimenter un peu plus les attaques des détracteurs du système d’exploitation.

Un son qui fonctionne mal sur les moniteurs à cause des pilotes d’affichage Intel

L’October Update 2018 (Version 1809) de Windows 10 est encore une fois au cœur de la polémique. Après un gros bug qui effaçait des fichiers entiers sur les ordinateurs des utilisateurs à cause d’un problème de redirection de ces fichiers, et un autre souci qui supprimait lui aussi des dossiers via un dysfonctionnement du gestionnaire des fichiers ZIP, c’est au tour des pilotes d’affichage Intel Graphics de jouer les troubles fête.
En effet, plusieurs utilisateurs ont relevé des problèmes au niveau du son des moniteurs qui sont connectés à l’ordinateur via USB-C, HDMI ou DisplayPort. Les versions 24.20.100.6344 et 24.20.100.6345 des pilotes sont concernées. Vous pouvez vérifier cela grâce au gestionnaire des périphériques. Ce n’est pas la première fois qu’Intel rencontre des soucis avec cette October Update 2018 puisque les processeurs de la marque avaient eux aussi rencontré des problèmes techniques par le passé.

Des fonctionnalités incompatibles avec Windows 10 se sont activées

Microsoft a tout de même pris la parole pour expliquer travailler avec Intel pour remédier à cela. La multinationale a aussi précisé que : “Intel a sorti par inadvertance des versions de ses pilotes d’affichage […] à des fabricants qui ont activé par accident des fonctionnalités non compatibles avec Windows”.

La marque a donc une nouvelle fois bloqué le déploiement de sa mise à jour en attendant de trouver une solution. Il y a quelques jours, Microsoft avait promis plus de transparence et d’efficacitédurant la mise en ligne de ses updates. Il y a visiblement encore beaucoup de travail.

Source : Clubic.com

Téléphone. La fin des lignes fixes, c’est pour jeudi !

Cette fois, on y est : l’opérateur historique Orange va arrêter de commercialiser le réseau téléphonique commuté (RTC) à partir de ce jeudi. On va donc vers la fin des lignes fixes traditionnelles. Concrètement, qu’est-ce que cela signifie pour vous ? On fait le point ici, en sept questions clés.
Biip, biip, biip, biip… Occupé, pas libre, en dérangement ? Non. Plus raccordé, tout simplement. Orange l’avait annoncé dès cet été : l’opérateur téléphonique historique, autrefois baptisé France Télécom, n’installera plus de lignes fixes traditionnelles à partir de ce jeudi 15 novembre. Et il va progressivement désactiver ce qu’on appelle le « réseau téléphonique commuté » (RTC), après avoir effectué des tests sur un an jugés « concluants » dans 14 communes du sud-Finistère.
Ne paniquez pas, cependant. Et ne jetez surtout pas votre téléphone : il va continuer à parfaitement vous servir. Démonstration en sept questions.

La ligne fixe traditionnelle, c’est quoi ?

C’est ce téléphone doté d’une simple fiche téléphonique que vous branchez directement dans la prise en forme de « T » inversé de votre domicile.

Autrement dit, c’est ce matériel avec lequel les Français ont communiqué avec leurs proches ou leurs collègues de travail pendant des décennies, depuis l’époque des PTT jusqu’à celle de France Télécom, puis d’Orange.

Aujourd’hui, ces lignes « traditionnelles » (sans aucune box Internet) ne concernent plus que 8 millions de clients sur les 20 millions d’utilisateurs de téléphone fixe. Et elles perdent 10 % de leurs abonnés chaque année.

Quelle installation me faudra-t-il dorénavant ?

À partir de jeudi, Orange va donc cesser de commercialiser ces lignes fixes traditionnelles et leurs abonnements dans 7 zones pour commencer : Morbihan, Vendée, Haute-Garonne, Seine-et-Marne, Charente-Maritime, Nord et Haute-Loire. « Ces 7 « plaques » représentent 3 % seulement de l’ensemble des lignes RTC », explique Pierre Jacobs, directeur Orange Ouest.

Dans ces zones, puis progressivement dans l’ensemble de la France, pour bénéficier de ce service, il faudra utiliser une « box », à installer entre le combiné et la prise murale.

Certes minimaliste si on ne souhaite que la téléphonie, celle-ci, baptisée « Boîtier fixe », ressemblera à ceci :

Orange fournira dorénavant gratuitement un boîtier de ce type (qui ressemble à une Livebox) à tous les nouveaux abonnés qui ne souhaitent que la téléphonie et pas d’Internet.

Comment vais-je effectuer le raccordement de la box ?

Selon l’opérateur téléphonique, l’installation sera très simple, la « box » étant paramétrée à l’avance. Il suffira de raccorder le téléphone au boîtier, puis de brancher le boîtier sur la prise murale en « T ».

Pour faire court, cette box va jouer les intermédiaires : elle va vous permettre de passer, en tant qu’utilisateur, d’un réseau analogique (RTC) à un réseau numérique (TCP/IP). Finalement, il ne s’agit que d’une évolution technologique, pour un service téléphonique toujours actif, mais plus performant.

Faudra-t-il que je change de téléphone ?

Pas du tout ! Vous pouvez garder votre combiné classique. Vous n’aurez absolument pas besoin d’un appareil mobile, par exemple. Ni même d’un abonnement Internet.

Et si j’ai déjà une ligne fixe en fonction ?

Rassurez-vous, votre téléphone ne va pas être coupé ! Vous pourrez continuer à l’utiliser tant qu’Orange n’aura pas procédé à l’extinction de votre ligne traditionnelle RTC.

À partir de 2023, l’opérateur commencera à désactiver cette technologie, groupe de communes par groupe de communes, selon un calendrier établi cinq ans à l’avance avec l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes).

Quand ce sera le cas pour la vôtre, l’opérateur vous fournira – gratuitement toujours – le même « Boîtier fixe ». Il vous suffira là aussi de le brancher comme indiqué plus haut, et vous pourrez continuer à utiliser votre téléphone comme avant.

Pourquoi Orange supprime-t-il cette technologie ?

Parce que les équipements qui le composent commencent à dater. Les « commutateurs », déployés voici 40 ans pour remplacer les fameuses opératrices, sont devenus obsolètes et Orange peine à trouver des pièces de rechange en cas de panne.

Et, comme on l’a vu, parce que cette technologie vieillissante perd 10 % de ses abonnés chaque année.

Les fameuses prises en « T » vont-elles disparaître ?

Pas du tout. En tout cas pas avant un bon moment. L’infrastructure du réseau en cuivre d’Orange va continuer à être utilisée. D’ailleurs, si vous avez déjà une box Internet ADSL, ou si vous prévoyez d’en installer une chez vous, sachez qu’elle est (et qu’elle sera) reliée à la prise en « T » de votre domicile. C’est-à-dire au réseau téléphonique historique déployé en France depuis plus de 70 ans.

Il n’y a que dans le cas de la fibre optique que cette prise n’est plus nécessaire. Et ce n’est que lorsque tous les foyers français seront raccordés via la fibre que l’ancien réseau en cuivre sera désactivé. Aucune date n’est avancée pour le moment.

Source : Ouest-France

Smartphones : comment le chinois Huawei a croqué l’américain Apple

Inconnue du grand public il y a dix ans, la marque chinoise est devenue le deuxième plus gros vendeur de smartphones dans le monde, devant la firme à la pomme. Et ses ambitions ne s’arrêtent pas là.

La scène se passe au centre de congrès ExCel de Londres (Grande-Bretagne), pendant la présentation du Mate 20 Pro, le tout dernier smartphone de Huawei. « One more… big thing ! », lance Richard Yu, dans un rictus. Ce n’est pas la première fois que le PDG de la division grand public du géant chinois singe le gimmick de Steve Jobs, le patron d’Apple, qui avait l’habitude d’annoncer « un truc en plus » à la fin de ses conférences.

Toiser la firme américaine à la pomme ? Il y a quelques années, l’idée était impensable. Ce n’est plus le cas. Huawei joue désormais dans la cour des grands. Elle s’est même payé le luxe de détrôner Apple, éternel numéro deux des ventes depuis 2010, derrière le coréen Samsung. Elle peut également se targuer d’être la seule société de l’Empire du Milieu à figurer dans le classement des marques mondiales les plus valorisées de l’année, selon Forbes, à 8,4 Mds$.

Source : le parisien