Free peut-il vraiment doper votre débit avec sa Freebox Delta ADSL/4G ?

L’opérateur inaugure le premier boîtier hybride ADSL/4G en France. Mais il prend des risques en proposant son offre sur tout le territoire et en promettant un débit allant jusqu’à 200 Mbit/s.

Tous les opérateurs français ont pour obligation de sortir une offre de « 4G fixe » destinée au grand public dans les zones rurales, en vertu du « New deal » signé avec le gouvernement et l’Arcep au mois de janvier dernier.
Tandis que Bouygues Telecom, Orange et SFR ont lancé des box 4G fixe, Free est le dernier à commercialiser sa solution. Il a choisi de se distinguer en proposant pour la première fois en France un module hybride ADSL/4G accompagnant sa toute nouvelle Freebox Delta haut de gamme présentée cette semaine.

  • Quelles restrictions ?

Lors de la conférence de presse de ce mardi 4 décembre, Xavier Niel a affirmé que le débit descendant pourrait monter jusqu’à 200 Mbit/s et le débit montant jusqu’à 60 Mbit/s. Aucune limitation sur le territoire n’est spécifiée, contrairement aux box 4G fixes qui sont réservées aux zones rurales bénéficiant d’une bonne couverture 4G. Les usages ne sont pas non plus contraints. Mais la consommation de data n’est pas illimitée. On trouve en effet la mention de restrictions dans les conditions générales de vente. « En cas de saturation de la cellule (antennes) dont l’abonné dépend, le débit sera réduit jusqu’à la fin de la période de facturation au-delà d’un volume de données de 250Go/mois ». Free ne spécifie pas, en revanche, de combien le débit est réduit lorsque ce seuil a été atteint. Le directeur général d’Iliad Alexis Bidinot nous a aussi confié vouloir d’abord observer ce qui se passe sur le terrain avec les abonnés avant de se décider à fixer éventuellement un fair use.

  • Quelles conditions pour un maximum de débit ?

« Le débit fourni par Free dépendra de la qualité du réseau mobile extérieur, du nombre de personnes connectées et de la capacité de l’opérateur à fournir une bonne couverture indoor à ses abonnés », nous précise Nicolas Men, directeur marketing de Tessares, une société belge qui propose justement une solution hybride ADSL et 4G.
Tous les abonnés en ADSL ne réunissent pas ces conditions optimales et la déception sur les débits obtenus en pratique risque d’être grande, même si l’agrégation de l’ADSL avec la 4G permet de cumuler les deux débits.

  • Quelle technologie ?

Des interrogations subsistent également sur la technologie retenue par Free. Les box hybrides ADSL/4G sont loin d’être une première dans le monde. Souvent, comme en Allemagne avec Deutsch Telekom, les FAI choisissent une solution mise au point par Huawei. La société belge Tessares propose, elle, d’utiliser une évolution standardisée du protocole de transmission internet TCP : le Multipath TCP (MPTCP) qui permet à une session TCP d’être acheminée sur différents réseaux d’accès. Tessares a notamment vendu cette technologie au Pays-Bas, en Belgique et en Finlande. Mais Free a porté son choix ailleurs.

« Nous n’avons pas pour habitude de dévoiler le nom de nos fournisseurs mais je peux vous dire que c’est une solution coréenne qui a déjà été utilisée par des opérateurs américains comme AT&T », nous a confié Sébastien Boutruche, le père de la première Freebox, toujours en activité chez Free où il occupe le poste de responsable R&D. « Nous pensons que nous prenons une longueur d’avance en optant pour cette technologie hybride. C’est la première fois qu’un opérateur la lance à une aussi grande échelle », a-t-il ajouté.

  • Des risques de congestion ?

« Douze pays en Europe utilisent déjà une solution hybride ADSL/4G », nous indique Nicolas Men, directeur marketing de Tessares. Mais aucun pays ne s’est risqué effectivement à un déploiement aussi ambitieux, y compris dans des zones urbaines denses. De plus, les FAI étrangers ne promettent jamais plus de 100 Mbit/s de débit. Free prend-il le risque de saturer son réseau mobile 4G ?

« On n’a pas peur de saturer le réseau parce que c’est créé de manière intelligente. On utilise d’abord l’ADSL, puis après la 4G. Vous pouvez vous retrouver avec 1 Mbit/s en ADSL et 199 Mbit/s en 4G pour aboutir à 200 Mbit/s au total. Il y a moins de risques de saturation que dans une solution toute 4G », s’est défendu Xavier Niel lors du 01netLive spécial de cette semaine consacrée à la Freebox. On attend avec impatience les premiers retours des utilisateurs.

Source : 01net